Le matelas MemoryPur, compte rendu d'un professionnel !

14/02/2019 Lecture: 542

Nous avons récemment rencontré et interviewé Monsieur Julien Grégoire, ostéopathe en Belgique et client MemoryPur.
Nous lui avons posé plusieurs questions « techniques » que nous souhaitions partager avec vous.

Vous y trouverez tous les éléments pour passer une merveilleuse nuit.

N’hésitez pas à réagir ! 

1)      Le choix de la literie est-il important ?

« Dans ma pratique ostéopathique en cabinet, lorsque mes patients se plaignent de douleurs survenant au réveil ou au lever, je les interroge toujours sur l’ancienneté de leur matelas. Il est communément admis qu’un matelas qui dépasse les dix années d’utilisation ne joue plus son rôle de soutien de la colonne vertébrale et des articulations. Une fois cette durée d’utilisation dépassée, le matelas se déforme et perd ses qualités de soutien du corps qui est alors soumis à des tensions musculo-ligamentaires durant toute la période de sommeil. Il en découle une perte de la qualité du sommeil et la récupération en est alors altérée »

2)      Peut-on soigner/diminuer/éviter des maux de dos grâce à une bonne literie ?

« Il est évident qu’une bonne literie améliore la qualité du sommeil et le bon état de forme mentale et physique qui en découle. On a déjà tous dormi dans lit avec un mauvais matelas et on s’est tous rendu compte que nous étions moins en forme au réveil, provoquant alors : fatigue, douleurs articulaires et raideurs musculaires et parfois lombalgie ou torticolis. Je ne considère pas qu’une bonne literie soigne véritablement des pathologies précises mais il est certain qu’elle en limite l’apparition ».

3)      Quel type de matelas (technologie) est préconisé pour ce type de problème ?

« Je préconise pour mes patients un matelas à mémoire de forme composé de ressorts ensachés qui permettent une meilleure répartition des différents points de pressions de notre corps sur le matelas. L’ajout de plusieurs couches de mousses de densités différentes permettent ensuite à la colonne vertébrale de se positionner le plus possible en rectitude, lorsque la position latérale est adoptée. Les patients ont ensuite le choix d’utiliser un sur-matelas plus ou moins dense en fonction de leur confort personnel.

4)      L’épaisseur du matelas joue-t-elle un rôle important ?

« Je ne pense pas que ce soit l’épaisseur du matelas qui soit importante mais plutôt les éléments qui le composent. Toutefois, plus le matelas contient des éléments qui répartissent et absorbent les points de pression, plus il sera épais. Lorsqu’on se décide à acheter un nouveau matelas, il est donc nécessaire d’être attentif à vérifier la technologie utilisée. La literie doit contenir au minimum des ressorts ensachés et plusieurs couches de mousses de densités différentes ».

5)      Recommandez-vous cette literie autour de vous ?

« Les conseils généraux font partie intégrante de la prise en charge ostéopathique. Dans ce cadre et lorsque la situation se présente, je conseille toujours ce type de literie. Comme nous passons environ un tiers de notre vie dans notre lit, dormir confortablement mais surtout bien soutenu apparaît alors comme une évidence ! »

6)      Depuis combien de temps possédez-vous votre matelas MemoryPur ? Pourquoi ce choix ?

« A titre personnel, j’ai opté pour MemoryPur il y a environ deux ans après une analyse détaillée de la composition de ses matelas. Dès la première nuit, je l’ai trouvé confortable et j’ai ressenti la qualité de mon sommeil s’est améliorer.

Les prix imbattables pour une telle qualité proposée, la facilité de la livraison à domicile dans un temps très court et la garantie de 10 ans offerte sont aussi des arguments qui parlent en faveur de MemoryPur. Enfin, la perpétuelle évolution de leurs produits basée sur les recherches de les plus récentes en terme de qualité du sommeil est une preuve supplémentaire du sérieux de cette entreprise ».

7)      Un dernier conseil ?

« Dans le même ordre d’idée, je conseille également l’utilisation d’un oreiller à mémoire de forme qui offre l’avantage de bien soutenir la tête et de retrouver sa forme initiale après la nuit. Lorsque les patients m’interrogent sur l’épaisseur qu’ils doivent choisir pour leur oreiller, ma réponse est toujours la même : « La meilleure épaisseur est celle qui vous est la plus confortable ». Idéalement, lorsque la personne dort sur le côté, l’oreiller doit être de la même épaisseur que sa clavicule afin que la tête se retrouve dans le prolongement de la colonne vertébrale. Dans cette position, les différents muscles et ligaments de la colonne cervicale sont mis au repos, ce qui améliore la qualité du sommeil et permet d’éviter des cervicalgies chroniques. Pour les personnes qui dorment sur le ventre, je préconise par contre un oreiller relativement plat. Ceci pour ne pas induire de l’inclinaison au niveau de la colonne cervicale qui tôt ou tard provoquera des raideurs et des plaintes cervicales ».

Toute l’équipe MemoryPur remercie Monsieur Julien Grégoire pour son temps et ses conseils avisés.

Commentaires

Laissez votre commentaire